art Brut, Harald Stoffer

Art Brut à la galerie Christian Berst

La galerie Christian Berst

L’exposition actuelle, parallèlement à celle de la Maison Rouge donne carte blanche à Bruno Decharme qui possède la plus grande collection d’art brut au monde.

galerie, art brut, Christian Berst, paris
galerie d’art brut Christian Berst, ©courtesy of galerie Christian Berst
Art brut, Galerie Christian Berst, Aloîse Corbaz, ©catherinevernet-1
Art brut, Galerie Christian Berst, Aloîse Corbaz, ©catherinevernet

Seule galerie consacrée exclusivement à l’art brut en Fance, la galerie Christian Berst a ouvert ses portes en 2005. Elle présente aussi bien des créateurs reconnus par les institutions officielles, tels Aloïse ou Wölfli que les découvertes personnelles de Christian Berst.

art brut, galerie christain Berst, Wolfli
Wolfli, ©courtesy of Galerie Christian Berst

Seules les oeuvres dont la légende est inscrite en bleu sont actuellement exposées à la galerie Christian Berst, les autres reproductions sont présentées ici à titre illustratif et proviennent soit du site de la galerie Christian Berst soit du site de la collection de Bruno Decharme.

L’art brut

Avant de présenter quelques  oeuvres de la galerie, nous voudrions revenir sur les mots de Jean Dubuffet qui, rappelons-le, est le premier, en 1949, à avoir posé le mot « art brut » sur des oeuvres qui n’appartenaient à aucune catégorisation. Ces oeuvres sont des ouvrages exécutés par des personnes indemnes de culture artistique, dans lesquels donc le mimétisme, contrairement à ce qui se passe chez les intellectuels, ait peu ou pas de part, de sorte que leurs auteurs y tirent tout (sujets, choix des matériaux mis en œuvre, moyens de transposition, rythmes, façons d’écritures, etc.) de leur propre fond et non pas des poncifs de l’art classique ou de l’art à la mode. Nous y assistons à l’opération artistique toute pure, brute, réinventée dans l’entier de toutes ses phases par son auteur, à partir seulement de ses propres impulsions. De l’art donc où se manifeste la seule fonction de l’invention, et non celles, constantes dans l’art culturel, du caméléon et du singe. (Jean Dubuffet, tiré de L’art brut préféré aux arts culturels)

Harald Stoffers : Liebe Mutti

art brut, harald stoffers écrivant une de ses lettres
harald stoffers écrivant une de ses lettres, ©galerie Christian Berst

Né en 1961 à Hambourg, Harald Stoffers écrit depuis 1999 des lettres à sa mère : Liebe Muti .

art Brut, Harald Stoffer
art Brut, Harald Stoffer,©courtesy of galerie Christian Berst

Mot qui scande des lettres  de taille variable, à mi-chemin entre le lisible et le visible, entre l’écrit et la graphie, entre la lettre et l’image. On reconnait de-ci de-là certains mots, d’autres sont illisibles, et d’ailleurs le sens importe-t-il ? Déjà d’autres peintres tels Klee ou Alechinski avaient introduit le signe dans leur peinture mais souvent pour le détourner, le rendant plus pictural que scriptural. Le mot le plus lisible et le plus fréquent est celui qui commence presque chaque phrase : Liebe Muti.

Tracées avec application, les lignes sur lesquelles Harald Stoffers écrit dessinent vagues, ciel ou horizon; relief et courbes de niveaux, formant le calligramme d’un discours ad matrem : liebe mutti.

art brut harald Stoffers
harald stoffers,©courtesy of galerie Christian Brest

Mais ce paysage mental est aussi un rythme, c’est une distribution de noirceurs ou de gris, de blancs aussi. Comme une portée symbolique qui transforme le texte en une partition musicale qui  développe les accords d’une chanson primitive, qui balbutie sans fin le premier mot du bébé : maman, liebe mutti.

Art brut, Galerie Christian Berst, Harald stoffers, détail-1.jpg © catherinevernet
Harald stoffers, détail-1.jpg © catherinevernet

Joseph Lambert

 

Art brut, Galerie Christian Berst, Joseph Lambert, ©catherinevernet-1
Joseph Lambert, ©catherine vernet

Né en 1950 en Belgique, Joseph Lambert passe ses journées dans un atelier protégé, à Vielsam, à dessiner un motif unique, un tortillon qui se déroule et remplit l’espace d’une page blanche, formant ciel et terre, à la manière d’un texte sans lettre, d’un discours sans mot  qui se fait  géologie de sa vie, langage inaudible et monotone.

Art brut, Jospeh_LAMBERT©artbrut.at
Art brut, Jospeh_LAMBERT©abcd-artbrut.net
Art brut, joseph lambert, 2.jpg
Art brut, joseph lambert, 2.jpg,©courtesy of Galerie Christian Berst

Koji Nishioka

Dessinant depuis 2004 seulement, Koji Nishioka est passionné de musique et joue du piano. Ses dessins retranscrivent ses partitions musicales en des bateaux calligrammes qui tentent de circonscrire des notes qui s’échappent d’une portée ondulante, évoquant graphiquement des sons discordants, comme difficiles à circonscrire, semblant s’échapper sans cesse du cadre que tente de leur imposer leur auteur.

Lubos Plny

Né en Tchéquie en 1961, Lubos Plny fut d’abord électricien avant d’être diagnostiqué schizophrène. Méandres de fils et d’organes, les corps de  Lubos Plny sont une radiographie personnelle du corps humain. Ses stylobilles tracent artères et veines, organes et visages d’un trait appuyé et précis qui suit la fantaisie de son auteur. Il applique parfois au bas de ses dessins avec un tampon le titre de « modèle académique » qui lui a été décerné par l’école des Beaux-Arts de Prague.

Art brut, Galerie Christian Berst-Lubos Plny,détail.jpg ©catherine vernet
Art brut, Galerie Christian Berst-Lubos Plny,détail.jpg ©catherine vernet
Art brut, Galerie Christian Berst-Lubos Plny,©catherinevernet
Art brut, Galerie Christian Berst-Lubos Plny,©catherinevernet

Eric Derkenne

Art brut, eric derkenne,
Art brut, eric derkenne,©abcd-artbrut.net

Né en 1960, Eric Derkenne fréquente un atelier protégé à Vielsalm, de 1995 à 2011. Ses dessins au stylo-bille, parfois sur fond  de gouache, refont incessamment un visage rectangulaire qui toujours remplit la page. Visage à la bouche et aux oreilles carrées, aux yeux et au nez ronds. Formes simples tracées de mille traits qui semblent parfois rageurs et appuyés, d’autres fois plus méticuleux. Visages aux émotions diverses cachées par le trait en même temps que dévoilées par lui.

art brut, eric derkenne
art brut, eric derkenne ,©abcd-artbrut.net
Art brut, Galerie Christian Berst-Eric Derkenne.©catherinevernet
Art brut, Galerie Christian Berst-Eric Derkenne.
©catherinevernet

 Carlo Zinelli

Né en 1916, Carlo Zinelli fut interné en hôpital psychiatrique 24 ans durant. Enrôlé et envoyé en Espagne durant la Seconde Guerre Mondiale, il fut rapatrié en 1941 pour des raisons médicales. Diagnostiqué par la suite schizophrénique paranoïaque, il fut interné définitivement en 1947 jusqu’à sa mort en 1974. Il peindra sans interruption pendant son internement couvrant les murs de l’hôpital de graffitis, puis intégrera un atelier ouvert  de peinture.

Art-brut-Galerie-Christian-Berst-Carlo-Zinelli-©catherinevernet..jpg
Art-brut-Galerie-Christian-Berst-Carlo-Zinelli-©catherinevernet.

Son oeuvre met en scène des figurines aux lignes organiques dispersées sur la surface de la feuille, parfois sans bras et sans visage, aux corps de temps en temps scindés en deux,  troués de ronds et d’étoiles. Carlo Zinelli emploie une palettes de couleurs primaires, généralement le rouge et le bleu, posées en aplat uniforme. Des lignes de lettres identiques, dans les mêmes couleurs, remplissent en tous sens les vides laissés par les personnages.

Art Brut, Galerie Christian Berst, Carlo Zinelli
Art Brut, Galerie Christian Berst, Carlo Zinelli©galerie carlo Zinelli

Quelques animaux, fantasmagoriques pour la plupart, traversent le dessin sur des barques ( à gauche), ou semblent prêts à lancer un projectile. La dispersion des éléments sur la page, l’éclatement de la composition ou la disproportion de certains personnages donne une certaine violence à ces dessins teintés d’inquiétude.

art Brut, galerie Christian Berst, Carlo Zinelli,
art Brut, galerie Christian Berst, Carlo Zinelli,©galerie Christain Berst

.

La Galerie présente également d’autres oeuvres dont celle de  Matsumoto, artiste dont nous avons parlé dans notre article sur la collection Decharme.

2 réflexions sur “ Art Brut à la galerie Christian Berst ”

  1. Rapidement Catherine cette référence : Samuel Daiber et l’ouvrage de Vincent Capt, Écrivainer. Tout ça est fabuleux!

  2. magnifique et intéressant travail de cet « artiste  » qui est libéré de toute influence et qui crée une atmosphère étonnante avec ces lignes dont l’écriture se superpose. C’est très graphique et poétique avec ces nuances de gris. Le Musée de l’Art Brut à Lausanne nous apporte aussi toujours des découvertes inattendues !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *