Charles Rennie Mackintosh, Willow chair

Charles Rennie Mackintosh ou la stylisation des formes

Connu principalement pour ses sièges à haut dossier, Mackintosh créera des meubles entre géométrie et abstraction ou courbes  allongées de l’art nouveau. 

 

Charles Rennie Mackintosh, Portrait
Charles Rennie Mackintosh, portrait, ©DR

Charles Rennie Mackintosh (1868-1928) est né à Glasgow en Ecosse. Architecte, designer, décorateur et peintre, il laissera une œuvre polyvalente qui se trouve à la jonction de l’art nouveau, de l’héritage celte, du mouvement Arts and Crafts et préfigurera les lignes modernistes. Tout en suivant son apprentissage
d’architecture, il assiste aux cours du soir de la Glasgow School of Art qui, depuis 1885, est dirigée par  un homme hors du commun, Francis H. Newburry, qui encourage ses élèves à travailler sans idées préconçues et sans aucun préjugé stylistique. L’école est considérée comme la plus progressiste d’Europe avant que le  Bauhaus n’ouvre en 1919. Il créera le groupe The four avec sa femme, la soeur de celle-ci et son beau-frère .

Salon de thé à Argyle road (1897)

Charles Rennie Mackintosh, Chair, 1897
Charles Rennie Mackintosh, Chair, 1897, ©vam.ac.uk

Mackintosh reçoit, en 1897, de Miss Catherine Cranston, la commande de l’aménagement d’un salon de thé situé 114 Argyle Street à Glasgow. Il conçoit le programme architectural en son entier et dessine le mobilier des différentes pièces. Destinée à la salle à manger, cette chaise déploie pour la première fois le haut dossier qui deviendra caractéristique de ses sièges.  Réalisé en chêne teinté et verni, garni de crin de cheval, ce meuble fut certainement un des modèles préférés de son auteur, puisqu’il l’utilisa dans son propre appartement et qu’il en présenta plusieurs exemplaires à l’exposition de la Sécession viennoise de 1900 à Vienne. Dessinée en 1897-98, cette chaise se distingue par son dossier haut à la forme extrêmement élaborée.

120 Mains street, Glasgow (1900)

 

Mackintosh, drawing room, 120 Mains street, 1900
Mackintosh, drawing room, 120 Mains street, 1900, ©The Hunterian Museum and Art Gallery, University of Glasgow 2015

 

Première adresse des Mackintosh, ce lieu rassemblait déjà ce qui allait devenir le raffinement dépouillé des époux. Couleurs claires, bois peint, opposition et contraste des clairs et des sombres. Au centre de la pièce, gros plan sur la  table de jeu carrée, dessinée en 1900, en chêne peint blanc. Plateau carré, panneaux latéraux incurvés en leur base, creusés en forme de cercle en leur centre. Cette table avait été créée préalablement pour le Tea Room in Argyle street en bois teinté.

Cheval Mirror pour la chambre à coucher.

Mackintosh, Cheval Mirror, bedroom of 120 Mains street
Mackintosh, Cheval Mirror, bedroom of 120 Mains street
mackintosh, Bureau, 120 Mains street, 1900
Mackintosh, Bureau, 120 Mains street, 1900, ©The Hunterian Museum and Art Gallery, University of Glasgow 2015

Le bureau ci-contre est en chêne peint blanc.  Les panneaux en cuivre argenté martelé sont le travail de la femme de Charles, Margaret Mac Donald. Le motif représente deux figures féminines stylisées traitées selon l’ancien et le nouveau style d’écriture. Les portes donnent accès à une étagère de rangement.

mackintosh,120 mains Street,  Oval side table, 1900
Mackintosh,120 mains Street, Oval side table, 1900, ©The Hunterian Museum and Art Gallery, University of Glasgow 2015

Au début des années 1900, Mackintosh dessina plusieurs tables à plateau ovale, avec découpes et pieds différents. Les pieds sont ici d’un intérêt particulier :  en forme de planche, posés selon un angle qui s’aligne avec la courbe de l’ovale, et ajourés en forme de feuille stylisée. Table créée en 1902.

mackintosh, cheminée , 120 Mains Street, 1900
Mackintosh, cheminée , 120 Mains Street, 1900, ©©The Hunterian Museum and Art Gallery, University of Glasgow 2015

Cheminée dessinée par Mackintosh en bois peint et pare-feu en métal, 1900.

 

 

mackintosh, 120 Mains Street, Bookcase, 1900
Mackintosh, 120 Mains Street, Bookcase, 1900

La Bibliothèque est une œuvre maîtresse du décorateur. En chêne peint blanc, elle est composée de cinq parties,  dont deux   — ou cabinets —  sont fermées par des portes encadrant une partie ouverte. Les portes sont particulièrement remarquables en ce qu’elles intègrent dans leur partie supérieure des vitraux dessinés par Mackintosh, qui sont les pièces de verre les plus ambitieuses intégrées dans du mobilier. Ces vitraux représentent des fleurs stylisées devant une pleine lune, intégrés au-dessus d’inserts peints en vert. La partie ouverte est composée d’étagères permettant de ranger livres ou classeurs à dessin.

Mackintosh, cabinet, 1902
Mackintosh, cabinet, 1902, ©brittannica.com

Cabinet en bois peint blanc. Décor de roses stylisées.

Mackintosh, salon de dessin, 120 Mains street, 1900
Mackintosh, salon de dessin, 120 Mains street, 1900

The Willow Tea Room (1902)

Premier travail intégral de décoration pour Mackintosh à la demande de Catherine Cranston.  Miss Cranston avait conçu l’idée d’une série de « salons de thé de l’art », lieux où les gens pourraient se rencontrer pour se détendre et profiter des rafraîchissements non alcoolisés dans une variété de différentes chambres rassemblées dans le même bâtiment.

Façade du Willow Tea Room, Charles Rennie Mackintosh, 1901-1903
Façade du Willow Tea Room, Charles Rennie Mackintosh, 1901-1903

La façade extérieure redessinée par Mackintosh est asymétrique. Il s’agit d’une composition abstraite modélisée avec des courbes peu profondes sur certaines zones de la surface et des profondeurs variables d’évi-
dement pour les fenêtres et pour  l’entrée principale.

La porte d’entrée du rez-de-chaussée est placée à l’extrémité gauche d’une large bande de fenestration, en retrait par rapport au premier étage, où est située la chambre de Luxe.

mackintosh, Willow tea room,  façade
Mackintosh, Willow tea room, façade, dessin, 1901

Pour souligner l’impor-
tance de cette salle, Mackintosh a conçu une large baie vitrée, projetant la façade vers l’extérieur avec une courbe douce.
 Les deux étages au-dessus ont un modèle plus régulier de fenestration avec trois fenêtres individuelles par étage, en retrait à des degrés différents.

charles mackintosh, willow tea room, dessin 1901s
Charles Rennie Mackintosh, willow tea room, dessin 1901, ©DR

L’asymétrie de la composition a été poursuivie en élargissant les vitres latérales de gauche et la création d’une autre courbe douce dans cette partie de la façade, traversant les deux étages. Cela répète la forme incurvée du premier étage et souligne l’entrée fortement encastrée. Mackintosh a choisi de terminer la façade dans une peinture blanc lisse contrairement à la finition de la pierre naturelle des bâtiments voisins. Cette décision et l’utilisation de petits carreaux et d’inserts offrent des  fenêtres de tuiles ornementales formant un damier en frontière autour du périmètre de la façade, qui donne  élégance et  légèreté de touche. Le verre au plomb annonce l’intimité de l’intérieur et fait allusion à la thématique du saule qui se trouve à l’intérieur.

Mackintosh,_Room_de_Luxe, Willow Tea Room_1903
Mackintosh, Room de Luxe, Willow Tea Room_1903

Cela s’avére être le début d’une longue relation de travail entre Mlle Cranston et Mackintosh. Entre 1896 et 1917, il a conçu des  intérieurs réaménagés dans ses quatre salons de thé à  Glasgow, souvent en collaboration avec sa femme Margaret MacDonald. Mackintosh  avait un contrôle complet sur tous les aspects de la conception. Il a  remodelé l’extérieur et l’intérieur du bâtiment mais aussi la conception des couverts et jusqu’aux robes des serveuses!

mackintosh, rom the room the lux, tea room , ©DR
Mackintosh, Room the room the lux, tea room , ©DR

Le Willow Tea Room contenait une salle claire — la Room de Luxe — pour les femmes et une sombre, pour les hommes. Ci-contre un dessin du Willow Tea room en 1903. Ci-dessous, tel qu’il a été restauré.

mackintosh, Willow tea room, Room_de_Luxe
Mackintosh, Willow tea room, Room de Luxe, ©DR

Chaise créée pour la Room de Luxe du Willow tea room en 1903. Structure en chêne peint argenté .

Siège révolutionnaire et marquant, la Willow Chair a été imaginée pour le Willow Tea Room de Glasgow en 1902. Le dos incurvé évoque la forme d’un arbre — un saule — grâce au motif créé par une série de courtes traverses horizontales qui dessinent son contour stylisé sur les montants verticaux. On y devine l’influence du design japonais.

Charles Rennie Mackintosh, Willow chair
Charles Rennie Mackintosh, Willow chair, 1904, ©DR
Charles Rennie mackintosh, Horloge du Willow Tea Room,
Charles Rennie Mackintosh, Horloge du Willow Tea Room,

En total accord avec ces siège, l’horloge offre également un quadrillage noir foncé.

angleterre, années 1900, Charles Rennie macckintosh, Vitrail of the Willow Tea Room
Charles Rennie Mackintosh, Vitrail of the Willow Tea Room, ©

Détail d’un vitrail ornant les fenêtres du Willow Tea room.

Portes : travail du verre et du métal.

mackintosh, Willow tea room, inside doors
Mackintosh, Willow tea room, inside doors, ©DR

Le Rose Boudoir (1902)

années 1900, angleterre, Charles rennie mackintosh, dessin for the rose boudoir, 1902
Charles Rennie Mackintosh, dessin for the rose boudoir, 1902, ©design.designmuseum.org
années 1900, angleterre, Mackintosh, Chaise pour le boudoir rose, 1902
Mackintosh, Chaise pour le boudoir rose, 1902, ©huntsearch.gla.ac.uk

Chaise imaginée pour « The rose Boudoir » lors de l’Exposition Internationale des Arts Décoratifs Modernes à Turin en 1902. Chassis en chêne peint blanc, décor au pochoir, siège rembourré recouvert de soie. Le thème de  la rose inspira les couleurs :   blanc, argenté et rose. Ce siège, hors de l’ordinaire, reflète bien les aspirations éthérées et symboliques de Mackintosh.

Quelques bijoux

Pour, au passage, mettre en évidence un autre domaine auquel s’est appliqué Mackintosh.

 

Hill House(1902-1904)

Hill House, dessin de C.R.Mackintosh
Hill House, dessin de C.R.Mackintosh

The Hill House est l’une des œuvres les plus significatives de l’architecte écossais Charles Rennie Mackintosh : un immeuble qui atteint l’un des principaux objectifs des artistes de l’époque, c’est-à-dire l’intégration de tous les arts.

Mackintosh, elevation of hill House, western entrance, scocities.com
Mackintosh, elevation of hill House, western entrance, ©scocities.com

Pour ce projet,
l’architecte bénéficia de la précieuse collaboration de son épouse, Margaret Macdonald. Ce contrat demande fut proposé par l’éditeur Walter Blackie qui souhaitait construire une somptueuse villa de vacances pour sa famille dans une région résidentielle, située sur la côte ouest de l’Écosse.

Mackintosh, Intérieur de Hill House, ©DR
Mackintosh, Intérieur de Hill House
angleterre, Charles rennie Mackintosh, Hillhouse chair, 1904-1908,
Charles Rennie Mackintosh, Hill house chair, 1904-1908,©DR

Commencée en 1902, la résidence fut terminée deux ans plus tard. Blackie était un grand amateur d’art et ses publications éditoriales avaient contribué à diffuser le Style Glasgow, la version écossaise de l’Art nouveau. L’extérieur évoque clairement l’architecture autochtone — le Scottish baronial style, un mouvement architectural néogothique — tandis que l’intérieur combine les conceptions esthétiques et symboliques de Mackintosh.

années 1900, Angleterre, Charles Rennie Mackintosh, Hill House bedroom
Charles Rennie Mackintosh, Hill House bedroom, ©design.designmuseum.org

Ci-dessus, deux vues de l’une des chambres pour laquelle Mackintosh créa la chaise à haut dossier en forme d’échelle bien connue.

Mackintosh, Hill House, bed room, ©glasgowmackintosh.com
Mackintosh, Hill House, bed room, ©glasgowmackintosh.com
angleterre, années 1900, Charles rennie Mackintosh , Hill House Chair, 1904
Charles Rennie Mackintosh , Hill House Chair, 1904, ©DR

Plusieurs chaises furent conçues pour cette demeure en 1904. Un univers géométrique formel venu d’Orient en chêne noirci.

 

angleterre, années 1900, Charles rennie mackintosh, Armchair for House Hill, 1904
Charles Rennie Mackintosh, Armchair for House Hill, 1904

Autre siège imaginé pour le salon de musique de cette même demeure,  en bois teinté et incrustations de trois médaillons de verre de couleur violette.

angleterre, années 1900, Charles Rennie Mackintosh, side chair, 1904
Charles Rennie Mackintosh, side chair, 1904

Siège d’appoint pour la salle de dessin.

Mackintosh, Hill Hause, Hall d'entrée, 1903
Mackintosh, Hill Hause, Hall d’entrée, 1903, ©DR

Ci-dessous, hall d’entrée contenant, entre autres, la table  ci-dessous et le siège en chêne et assise paillée. On y voit l’usage des verticales et des horizontales, ainsi que le quadrillage cher à Mackintosh.

Mackintosh, armchair, Entrance hall of Hill House
Mackintosh, armchair, Entrance hall of Hill House, ©DR
charles-rennie-mackintosh-, table, ©DR
Charles Rennie Mackintosh- Table, ©DR

 

Charles Rennie Mackintosh, Hill House, intérieur,
Charles Rennie Mackintosh, Hill House, intérieur, ©glasgowmackintosh.com

Dessin préparatoire pour la Blue bedroom in Housse Hill et aperçu de la chaise.

mackintosh, chair for the blue bed room, House Hill
<mackintosh, chair for the blue bed room, House Hill, ©theredlist.com
mackintosh, House Hill, bleu bedroom, dessin préparatoire, ©
Mackintosh, House Hill, bleu bedroom, dessin préparatoire, ©

La femme de Mackintosh produisit également des œuvres pour Hill House, dont la plus fameuse est probablement la fresque de plâtre The Sleeping Princess, placée au-dessus de la cheminée de la salle de musique.

Margaret Mac Donald Mackintosh, Hill house, The sleeping princess
Margaret Mac Donald Mackintosh, Hill house, The sleeping princess, ©glasgowmackintosh.com

L’argenterie, les couverts

 

The Glasgow school of art

En 1897, un philanthrope fait le don d’un terrain à cette école fondée en 1845. On lance alors le projet d’y édifier de nouveaux locaux financés par des donateurs. Les travaux de construction se dérouleront entre 1897 et 1909, selon les plans du cabinet d’architecte Honeyman & Keppie auquel est associé Charles Rennie Mackintosh.

charles Rennie Mackintosh,SGlasgow school of art,  Elevation de la façade frontale,
Charles Rennie Mackintosh,Glasgow school of art, Elevation de la façade frontale, ©DR

Le bâtiment conçu par Mackintosh — et considéré comme le chef-d’œuvre de l’architecte-designer — donne à l’école un style art nouveau caractérisé par une géométrisation des forme, le recours à des lignes épurées, oscillant entre ancien et nouveau, et  une rationalité constructive, fonctionnaliste et subjectitiviste.
Cette construction place son concepteur comme le précurseur de la modernité et donnera à l’école sa célébrité.

Charles Rennie Mackintosh, Glasgow_School_of_Art_Library
Charles Rennie Mackintosh, Glasgow School of Art Library, ©DR

La bibliothèque, aux tons sourds et plombés du bois sombre, élément le plus célèbre du bâtiment, est construite sur deux niveaux. Elle est caractérisée par la modernité de sa mezzanine et de sa baie vitrée qui donne sur la façade de l’école.

mavckintosh, glasgow scholl of of art,
Mackintosh, glasgow scholl of of art,©DR

Ci-dessous, détail figurant un vitrail sur l’une des portes.

Charles Rennie Mackintosh, vitrail, Glasgow school of art, ©DR
Charles Rennie Mackintosh, vitrail, Glasgow school of art, ©DR

Tables diverses

Ci-dessous série de tables diverses en bois teinté noir ou peint blanc.

 

 Différents meubles

Charles rennie macintosh, armcahir, ca 1897
Charles Rennie Mackintosh, armchair, ca 1897, ©artic.edu

 

Conçue en 1897 , cette chaise annonce les futurs motifs du créateur : double entretoise cylindrique décalée et dos ajouré.

Meuble de toilette en chêne et carrelage de céramique géométrique bleu de prusse avec dessin de fleurs stylisées vertes et blanches. Structure en chêne. Créé en 1894.

charles rennie mackintosh, Washstand, 1994, ©metmuseum.org
Charles Rennie Mackintosh, Washstand, 1994, ©metmuseum.org

Créée en 1907, cette chaise en noyer teint, au piètement métallique et recouverte de cuir synthétique, surprend par la forme ajourée de son dossier. Sa structure formelle basique est celle d’un fût coupé horizontalement et verticalement. L’absence de décoration et la finition foncée accroît la forme pratique et robuste du siège. Elle a été prévue pour être employée dans un lieu public animé, soit un tea room de Glasgow.

Charles Rennie Mackintosh, chair, 1907
Charles Rennie Mackintosh, chair, 1907, ©vam.ac.uk

Cette chaise conçue en 1904, en acajou du Honduras, teinté et verni, fait partie de la collection du musée d’Orsay.

mackintosh, chaise, 1904
Mackintosh, chaise, 1904, ©musee-orsay.fr

Bibliothèque tournante aux lignes strictes en bois noirci. Prévue pour the House Hill et créée en 1904.

Charles Rennie mackintosh, Revolving bookcase, 1904
Charles Rennie Mackintosh, Revolving bookcase, 1904, ©DR

Dessiné en 1905, ce bureau est considéré comme l’une des œuvres les plus accomplies de Mackintosh. La surface en bois teinté noir est incrustée de matériaux luxueux qui soulignent la structure du meuble. D’une part, des carrés de nacre qui marquent les carrés des portes, ; d’autre part, des rectangles d’ivoire qui forment une ligne le long de la courbe au sommet du meuble.

mackintosh,writing desk, 1905
Mackintosh,writing desk, 1905
mackintosh, dressing table, 1916, ©vam.ac.uk
Mackintosh, dressing table, 1916, ©vam.ac.uk

Coiffeuse créée en 1916 en acajou et incrustations de nacre. Un style qui préfigure largement l’art déco.

Bureau aux montants en clairevoie.

mackintosh, writing desk
Mackintosh, writing desk©DR

Cheminée

mackintosh,fireplace
Mackintosh,fireplace, ©vam.ac.uk

Le tea room d’Ingram Street (1911)

charles Rennies Mackintosh, Angleterre, années 1900, Ladies'Luncheon Room, Tea room d'ingram Street, ©glasgowmuseums.com
Charles Rennie Mackintosh, Ladies’ Luncheon Room, Tea room d’ingram Street, ©glasgowmuseums.com

Le Tea Room d’Ingram Street  a été parmi les premiers établissements de restauration créés par Catherine Cranston à la fin du XIXe siècle à Glasgow. En 1911, Mackintosh fut commissionné par Catherine Cranston pour redessiner l’intérieur. 

années 1900, Angleterre, Charles Rennie mackintosh, Ingram Street tea room chairs, 1911, ©DR
Charles Rennie Mackintosh, Ingram Street tea room chairs, 1911, ©DR

Contrairement aux restaurants précédents,  clubs ou  maisons publiques qui répondaient exclusivement à une clientèle masculine, les Tea Room de Catherine Cranston s’adressaient à une clientèle plus large et ont été les premiers établissements de restauration à permettre l’accès aux femmes non accompagnés. Ci-dessous, la chaise conçue pour la salle à manger féminine. Aux murs de la galerie qui surplombe le salon féminin, deux panneaux de bois  importants servant de frise réalisés par Mackintosh et sa femme.

Mackintosh, The Wassail, Ingram Street tea room, ©scotcies.com
Mackintosh, The Wassail, Ingram Street tea room, ©scotcies.com

Le Wassail, par Mackintosh, et la Reine de Mai, par Margaret MacDonald, sa femme, créés en 1900, sont deux frises murales de grande envergure installées au-dessus de la galerie du salon de thé féminin. 

Margaret Mac Donald, The may Queen, Ingram Street tea room, ©scotcities.com
Margaret Mac Donald, The may Queen, Ingram Street tea room, ©scotcities.com

 

années 1900, angleterre, Charles Rennie Mackintosh, Tea room Ingram Street, ©justmackintosh.com.
Charles Rennie Mackintosh, Tea room Ingram Street, ©justmackintosh.com.
angleterre, années 1900, Charles Rennie Mackintosh, Chair, 1911
Charles Rennie Mackintosh, Chair, 1911, ©theglasgowstory.com

 

 

 

 

 

Pour la partie masculine, Charles Rennie Mackintosh recouvrit les murs de bleu et utilisa des treillis pour donner une ambiance chinoise. C’est à cette occasion qu’il créa la chaise ci-contre en chêne noirci et tissu bleu.

Le travail du verre

Des compositions très élaborées ou d’autres plus simples et dépouillées.

 

78 Derngate Northhampton

mackintosh, cage d'escalier, 78 derngate,dessin, 1916
Mackintosh, cage d’escalier, 78 derngate,dessin, 1916

Dessin préparatoire pour la rampe d’escalier. Le hall aux tonalités noires offre un contraste de formes carrées noires, ajourées de viraux aux formes   triangulaires jaunes parsemant l’écran de la rampe de l’escalier.

mackintosh, 78 Derngate, écran pour l'escalier, 1919, ©society.org.uk
Mackintosh, 78 Derngate, écran pour l’escalier, 1919, ©society.org.uk
Charles Rennie mMckintosh, Smoker's cabinet, 1916
Charles Rennie Mackintosh, Smoker’s cabinet, 1916

Cabinet pour fumeurs fabriqué en 1916 pour le hall. La forme angulaire du bois teinté noir contraste avec les incrustations en Erinoïd (plastique à base de caséine).

Mackintosh, Chair, 78 Derngate,1916
Mackintosh, Chair, 78 Derngate,1916, ©vam.ac.uk

Les chaises dessinées pour ce même hall, au nombre de quatre, présentent un dossier quadrillé dont la forme rectiligne est adoucie par une courbe douce de profil. Le siège s’effile vers l’arrière.

Charles Rennie Mackintosh, Guest Room, 79 Derngate Northampton, 1919
Charles Rennie Mackintosh, Guest Room, 79 Derngate Northampton, 1919

De ce lieu, l’on retient également la chambre d’amis et la chaise dessinée à cet effet. Ce modèle de Mackintosh est remarquable par sa géométrie sans concession qui annonce le style art déco et par l’utilisation du plastique en incrustation. Chassis en chêne avec motif au pochoir et incrustations d' »Erinoid », siège rembourré en soie.

Charles Rennie Mackintosh, Chair, for guest bedroom, 78 Derngate, 1919,
Charles Rennie Mackintosh, Chair, for guest bedroom, 78 Derngate, 1919,

Lits divers

 

House for an art lover

Charles Rennie mackintosh, Dessin préparatoire House for an art lover, 1901
Charles Rennie Mackintosh, Dessin préparatoire House for an art lover, 1901

La maison a été conçue à l’origine pour une compétition — dont le thème était une conception architecturale pour une « Haus eines Kunstfreundes » (Maison d’un amant de l’art) — proposée par le magazine de design allemand Zeitschrift für Innendekoration.

charles Rennie mackintosh, House for an art lover, Dessin préparatoire, ©DR
Charles Rennie Mackintosh, House for an art lover, Dessin préparatoire, ©DR

Malgré une disqualification due à la reddition tardive de différents plans , le portefeuille de Mackintosh a reçu un prix pour sa «qualité  personnelle prononcée, la forme austère et  l’harmonie du rapport  entre intérieur et extérieur ».

angleterre-années-1900-Charles-rennie-mackintosh-house-for-an-art-lover-salle-à-manger-
Charles Rennie Mackintosh,  house for an art lover,  salle-à-manger, ©DR

Ce n’est que près d’un siècle plus tard, en 1989, que la construction commença, inspirée par John Kane et Graeme Robertson sous la direction de Andrew MacMillan, respectant les dessins originaux de l’Architecte. Comme dans d’autres de ses oeuvres Mackintosh s’inspire d’un thème central pour élaborer la décoration de la demeure. La salle à manger ainsi que le salon de musique sont basés  sur le thème de la rose.

Mackintosh-house-of-an-art-lover-salle-à-manger-décor-©DR
Mackintosh, House of an art lover,  salle-à-manger, décor©DR

 

Salle à manger en bois sombre : sous le plafond, une frise composée de décors sur platre de Paris peints et mis en relief, réalisée en 1996, d’après les dessins de C.R. Mackintosh et de M. Macdonald, par les artistes D. et J. Vauchan.

Charles Rennie Mackintosh, house of an art lover, cheminée de la salle à manger ©Dr
Charles Rennie Mackintosh, house of an art lover, cheminée de la salle à manger ©Dr

Cheminée de la salle à manger, : décoration en bleu et rose pour un motif de roses stylisées.

mackintosh, house of an art lover, Lustre de la salle à manger
Mackintosh, house of an art lover, Suspensions de la salle à manger, ©DR

Suspensions en verre.

Le hall d’entrée

Mackintosh, House of an art lover, hall d'entrée
Mackintosh, House of an art lover, hall d’entrée, ©DR

Le hall est spacieux :  il donne sur les deux pièces principales de la maison : le salon de musique (portes ouvertes sur la photo) et sur la salle à manger (à droite, non visible). Il permet d’accéder à l’escalier principal (sur la gauche) et il est dominé par une haute mezzanine. Malgré d’imposantes fenêtres en hauteur,  ce hall reste sombre en raison de la couleur noire du mobilier, à peine rehaussé par des vitraux colorés (voir les photos de détail). Ce choix esthétique renforce l’impression d’éblouissement ressentie par le visiteur qui pénètre dans le salon de musique.

 

Le salon de musique

Mackintosh, house of an art lover,music room©DR
Mackintosh, house of an art lover,music room©DR
mackintosh, House of an art lover, salon de musique, ©Dr
Mackintosh, House of an art lover, salon de musique, ©DR

Cette pièce d’apparat, très lumineuse et dont la couleur dominante est le blanc cassé, donne sur le jardin par de nombreuses portes-fenêtres via le balcon.

Mackintosh, house of an art lover, cheminée du salon de musique, ©DR
Mackintosh, house of an art lover, cheminée du salon de musique, ©DR

Ci dessous  la cheminée et le piano.

charles rennie mackintosh, House of an art lover, piano, ©DRp
Charles Rennie Mackintosh, House of an art lover, piano, ©DR

Le salon ovale a été conçu comme un espace réservé aux femmes .

 

Charles Rennie Mackintosh, The Oval Room. House for an Art Lover. ©DR
Charles Rennie Mackintosh, The Oval Room. House for an Art Lover. ©DR

Textiles

Mackintosh imprima des tissus de manière artisanale, mais s’occupa aussi de tissus fabriqués à l’échelle industrielle pour deux grandes firmes anglaises. Si les meubles du créateur affichent une géométrisation extrême et un univers formel plutôt rectiligne, il  n’en va pas de même pour les motifs qu’il créa pour des textiles. Alternance de couleurs complémentaires, avec une prédilection pour les accords orange et  violet ou bleu et jaune.Volutes, arabesques et fleurs stylisées. Sublimes créations!

L’aquarelliste

Bien qu’il ait travaillé l’aquarelle depuis sa jeunesse, ce n’est que vers 1913 qu’il s’y est consacré professionnellement, faute d’autres genres de commandes. Dans ses peintures, on perçoit des lignes impétueuses ainsi qu’un certain cubisme.

 

2 réflexions sur “ Charles Rennie Mackintosh ou la stylisation des formes ”

  1. Bonjour,
    Je suis tombé par hasard sur votre site qui est non seulement un trésor de références, mais aussi intelligent dans sa structure.
    Il semble que vous ayez arrête depuis 2015 son suivi et je ne peux que vous encourager à continuer.
    Encore bravo et je ne manquerai pas de le faire connaître autour de moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *