Années 30, vitrail, verre, chambre de lecture, carnergie Libray, Reims, ©DR

Le travail du verre dans les années 30

Après la période Art nouveau, on retrouve en sculpture, à partir des années 1910, partout en Europe, un besoin de retour à plus de rigueur. Dans le domaine de la peinture, c’est la période des cubistes qui participe aussi de ce mouvement nouveau. Les grands principes  Art Déco  d’esthétisme seront édictés au moment de l’Exposition internationale de 1925 à Paris. On retrouve des lignes droites, des éléments figuratifs stylisés, des formes géométriques. 

Louis Barillet

années 30, vitrail, Louis Barillet, ©artnet.fr
années 30, vitrail, Louis Barillet, ©artnet.fr

Après des études de peinture à l’École des Beaux-Arts de Paris,  dans l’atelier du peintre Jean-Léon Gérôme, Louis Barillet ouvre en 1919, son atelier de maître verrier au no 15 square Vergennes à Paris. Il travaille avec Jacques Le Chevallier, puis Théodore-Gérard Hanssen. Pendant les années 1920 à 1930, il participe — avec ses confrères — au renouveau du vitrail français. Il expose à l’Union des artistes modernes, mouvement d’artistes décorateurs et d’architectes fondé en France en 1929 par l’architecte Robert Mallet-Stevens, et dont l’activité a perduré jusqu’en 1958.

années 30, vitrail, Louis Barillet
années 30, vitrail, Louis Barillet, ©DR

Attiré par les matériaux nouveaux et désirant s’adapter à la lumière électrique dont la diffusion se démocratise, il développe un langage plastique inédit, le « vitrail blanc », réalisé à partir de verres imprimés industriels : verres prismatiques, verres imprimés, verres opaques auxquels s’adjoindront des verres gris, noirs et des miroirs. Il repense ainsi l’art du vitrail dans l’esprit du renouveau esthétique aussi bien qu’iconographique adapté aux besoins et au style Art déco de l’époque.

années 30, vitrail, Lois Barillet, piscine Molitor, ©DR
années 30, vitrail, Louis Barillet, piscine Molitor, ©DR

Depuis ses débuts, Barillet participe à de nombreux salons,  mais c’est l’exposition de 1925 qui marque le tournant de sa carrière tant il est couvert d’éloges par la critique pour sa participation à l’avant-garde architecturale. Il appartient désormais au petit monde de la ‘modernité’ et côtoie architectes, artistes et personnalités, pour qui il réalisera d’illustres commandes : Robert Mallet-Stevens — dont son propre hôtel particulier —, les frères Martel, Paul Poiret, l’Aga Khan, Léonce Rosenberg, Jacques Doucet ou encore le Vicomte et la Vicomtesse de Noailles. On lui doit notamment les vitraux de la piscine Molitor dans le quinzième arrondissement de Paris.

années 30, verre, vitrail, paravent, Louis Barillet
années 30, verre, vitrail, paravent, Louis Barillet,

Sa collaboration avec Robert Mallet-Stevens s’amorce en 1922 et atteint son apogée entre 1927 et 1930 lorsqu’ils sont propulsés sur le devant de la scène architecturale et théorique grâce à leur reformulation de la définition du vitrail géométrique. Selon Mallet-Stevens, « le vitrail doit devenir une paroi lumineuse, liant l’intérieur et l’extérieur du bâtiment, et un tableau lumineux« . Barillet tend alors à rendre son langage plus pur, sans effets décoratifs — jusqu’à rejeter l’usage même des verres colorés — pour combiner une suite d’éléments plastiques simples, structurés sur les lignes orthogonales de l’architecture et dont les portes, présentées ici, font la magnifique démonstration. En verre imprimé, verre opale et miroir, cadre en fer patiné. Elles font encore écho à l’ensemble réalisé à la même époque pour le magasin Bally, boulevard de la Madeleine, Paris, 1928.

années 30, vitrail, verre, Louis Barillet,
1933, vitrail de Psyché, Louis Barillet,©DR

 

années 30, vitrail, verrre, Louis Barillet,
années 30, vitrail, verrre, Louis Barillet, ©DR

Le Musée Mendjisky-Ecoles de Paris qui vient d’ouvrir dans le 15ème, de style Art Déco, est installé dans un bâtiment construit pour l’artiste par son ami l’architecte Robert Mallet-Stevens, en 1932. Il est situé au 15 du Square de Vergennes et donne dans la rue de Vaugirard.

En effet, à l’étroit dans son atelier de la rue Alain Chartier, Barillet souhaite quitter ce lieu exigu et incommode pour un endroit fonctionnel et lumineux. L’immeuble doit accueillir les trois ateliers de travail du maître verrier ainsi que son habitation.

Louis Barillet réalise un important vitrail vertical monochrome marquant l’escalier en façade. Ce dernier décrit les activités de l’atelier. Chacune d’entre elles est symbolisée par une ville emblématique : Chartres pour le vitrail, personnifié par un souffleur de verre, Ravenne, pour la mosaïque, incarnée par l’impératrice Théodora, et Athènes et l’art occidental par la déesse Athéna.

Barillet a aussi intégré à l’intérieur un vitrail avec rehauts de couleur, qui représente l’histoire de Psyché. Enfin, il a conçu des mosaïques pour décorer le sol des paliers à chaque étage, sur le thème de la chasse ou de la nature. Cette maison est donc le fruit d’un programme ornemental unifié, en conformité avec la philosophie d’un Art total.

années 30, art déco, verre, vitrail, Louis Barillet, Musée Mendjizky, ©DR
1933 vitrail de façade, Louis Barillet, Musée Mendjisky, ©DR

Vitrail de façade (1933), Louis Barillet – Musée Mendjisky, Ecoles de Paris, Paris XVe,

années 30, vitrail, Louis Barillet, Lycée Hélène Boucher, Paris XXème, ©lartisanduvitrail.com
Louis Barillet, Lycée Hélène Boucher, Paris XXème, ©lartisanduvitrail.com

Vitrail de Louis Barillet dessiné en 1937 pour le Lycée Hélène Boucher à Paris.

 

Pierre Chareau

années 30, art déco, verre, vitrail, Louis barillet, ©DR
années 30, art déco, verre, vitrail, Louis barillet, ©DR

Maison de verre, Paris, 31 rue Saint-Guillaume ; Pierre Chareau, Bernard Bijvoet, Louis Dalbet, 1928-1932. La Maison de Verre est un projet réalisé par l’architecte-décorateur Pierre Chareau et l’architecte Bernard Bijvoet, 31, rue Saint-Guillaume à Paris VIIe arrondissement, pour le docteur Dalsace entre 1928 et 1931. Elle est son œuvre majeure, composée de trois étages, conçue comme un espace total dont la façade sur cour est complètement vitrée : une structure métallique tramée soutient des panneaux en pavés de verre. Tandis que les chambres s’isolent par des portes-placards, en bois ou métal, qui coulissent ou pivotent. Il utilise aussi des dalles ou briques de verre séparant les espaces, et parfois les mises en façades sont rythmées en contraste avec le béton (jeu de géométrie avec des influences japonaises, des répétitions formelles et une trame rythmique).

Mallet Stevens

années 30, art déco, verre, vitrail, Mallet Stevens, Louis Barillet, Villa Hyeres, ©DR
années 30, art déco, verre, vitrail, Mallet Stevens, Louis Barillet, Villa Hyeres, ©DR

Villa Hyères, Mallet Stevens. Vitrail exécuté par J.J.K. Ray.

années 30, vitrail, verre, Mallet Stevens, ©DR
années 30, vitrail, verre, Mallet Stevens, ©DR

Présentés à l’Exposition Internationale de 1937, dans la section Vitraux Modernes par Mallet Stevens.

années 30, Mallet Stevens, Villa Martel,©ateliersduchemin.com
années 30, Mallet Stevens, Villa Martel,©ateliersduchemin.com

Réalisées par le maître verrier Louis Barillet, vitres de la villa Martel dessinées par Mallet Stevens.

 

Frank LLoyd Wright

années 30, Frank Lloyd Wright, vitrail, verre,©vitrail-architecture.com
années 30, Frank Lloyd Wright, vitrail, verre,©vitrail-architecture.com

Considéré comme un des fondateurs de l’architecture contemporaine, F.L. Wright a intégré le vitrail dans un grand nombre de ses projets.

Architecte génial et boulimique, toujours prêt à remettre en cause les idées reçues, Wright conçoit l’édifice comme un être vivant qui s’inscrit dans une harmonie et un rythme qui le dépassent. Cette relation entre la nature et le bâti implique une attention toute particulière à la lumière.

années 30, Franck Lloyd Wright, vitrail, verre, ©DR
années 30, Franck Lloyd Wright, vitrail, verre, ©DR

Les vitraux qu’il dessine  sont lumineux et apaisants, alternant souvent transparence et translucidité. Dès 1912, Wright introduit la géométrie qui sera à son apogée dans les années 30.

années 30, vitrail, verre, Frank Lloyd Wright, Martin House Complex, ©nytimes.com
années 30, vitrail, verre, Frank Lloyd Wright, Martin House Complex, ©nytimes.com

Fenêtres de la maison principale du Martin House Complex à Buffalo.

années 30, art déco, verre, vitrail, F. L. Wright, © architecture.com
années 30, art déco, verre, vitrail, F. L. Wright, © architecture.com

La mise en plomb régulière et géométrique prolonge et condense les lignes architecturales : ses vitraux sont autant de « mises en page » de la nature et du paysage que l’on voit par les fenêtres. L’ordre et le rythme de la nature sont ainsi traduits, offerts sur ses parois vitrées.

années 30, art déco, F.L.Wright, vitrail, verre, ©DR
années 30, art déco, F.L.Wright, vitrail, verre, ©DR
vitrail, verre, Frank Lloyd Wright,1912, ©DR
vitrail, verre, Frank Lloyd Wright,1912, ©DR

Fenêtre en verre coloré  et transparent avec armature en zinc et cadre de bois dessinée pour l’Avery Coonley Playhouse en Illinois en 1912.

années 10, Frank LLoyd Wright, vitrail, verre, 1912, ©DR
années 10, Frank LLoyd Wright, vitrail, verre, 1912, ©DR

 

Jacques Grüber

années 30, art déco, jacques Güber, verrre, vitrail, , ©centrechastel.paris-sorbonne .fr
années 30, art déco, Jacques Grüber, verrre, vitrail, , ©centrechastel.paris-sorbonne .fr

En 1927, la direction de la Société des Hauts-Fourneaux et Fonderies de Pont-à-Mousson confie la décoration de son nouveau siège social nancéien à des artistes qui viennent de s’illustrer lors de l’Exposition de 1925. Parmi eux, Jacques Grüber qui avait commencé sa brillante carrière artistique au temps de l’École de Nancy. Il reçoit ici la commande la plus prestigieuse, celle des neuf verrières destinées à orner l’escalier d’honneur. Les vitraux réalisés comptent parmi les chefs-d’œuvre de l’artiste et furent très admirés et jugés novateurs.

années 30, art déco, vitrail, verre, Jacques Gruber,©vitrail-architecture.com
années 30, art déco, vitrail, verre, Jacques Gruber,©vitrail-architecture.com
années 30, art déco, verre, vitrail, Jacques Gruber, expédition des profilés par le chemin de fer, détail, ca 1930, ©les artsdecoratifs.com
années 30, art déco, verre, vitrail, Jacques Grüber, expédition des profilés par le chemin de fer, détail, ca 1930, ©les artsdecoratifs.com

On y remarque l’usage sans complexes de techniques et de matériaux verriers « pauvres » : verres mécaniques et imprimés, superposition de feuilles de plomb, peintures sur verre aux traits tranchants et aux modelés essentiels. Dans les verres incolores industriels, la lumière joue par diffraction, ombres profondes et brillances soudaines. Grüber n’a pas hésité à se servir de clichés photos pour créer ses maquettes en noir et blanc qui traduisent la lumière crue des paysages industriels et miniers.

années 30, art déco, verre, vitrail, Jacques Grüber, Leihorra; ©DR
années 30, art déco, verre, vitrail, Jacques Grüber, Leihorra; ©DR

Leïhorra,  vitrail monumental qui forme la porte d’entrée Sud. En collaboration avec l’architecte Hiriart et le ferronnier Schwartz.

 

années 30, art déco, verre, vitrail, Jacques grüber, école militaire paris, ©DR
années 30, art déco, verre, vitrail, Jacques Grüber, école militaire paris, ©DR

Dans le  bâtiment de l’école militaire a été installé, au dernier étage, une immense verrière de Jacques Grüber. Le plus grand vitrail se trouve au centre du grand mur de ce qui était à l’origine le Hall des guichets…  du Ministère du Travail et de la Prévoyance Sociale. Ce vitrail représente, à gauche, une scène d’agriculture : récolte du blé, moissonnage à la batteuse, et champs;

années 30, art déco, verre, vitrail, Jacques Grüber, école militaire, détail; ©DR
années 30, art déco, verre, vitrail, Jacques Grüber, école militaire, détail; ©DR

à l’arrière, des fermes alignées et, à droite, l’industrie avec des travailleurs manuels maniant des outils et des ingénieurs qui dessinent des plans dans le coin droit. Il faut se souvenir qu’à l’époque on faisait l’éloge de l’Agriculture et de l’Industrie ; sans oublier le Commerce permettant de vendre les denrées produites : c’est ainsi qu’au Ministère de l’Agriculture, on peut voir une série de grands tableaux sur la même trilogie.

années 30, art déco, Jacques Grüber, ©DR
années 30, art déco, Jacques Grüber, ©DR

Vitrail de Grüber, 1928, hauts-fourneaux de Pont-à-Mousson, Monte-charge à benne. Le haut-fourneau est enserré dans une tour hexagonale. A gauche, en bleu,  une descente de gaz.

Années 30, vitrail, verre, chambre de lecture, carnergie Libray, Reims, ©DR
Années 30, vitrail, verre, Carnergie Libray, Reims, ©DR

La bibliothèque Carnegie à Reims. Vitrail de Pierre Grüber.

 

 Divers

années 30, vitrail, verre,
années 30, vitrail, verre,

Le verre dont est composé ce vitrail est un verre représentant des cannelures. Époque : vers 1930 . Technique : verres cannelés incolores. Filet en verre cathédrale jaune. Assemblage en plomb. Entourage en plomb.

années 30, art déco, verre, vitrail, Pierre Petit, les biches, ©années 30.com
années 30, art déco, verre, vitrail, Pierre Petit, les biches, ©années 30.com

Les Biches, autour de 1928 par Pierre Petit. Exécuté par le maître-verrier J. J. K. Ray, ce vitrail faisait partie du décor de la salle à manger exposée au Salon d’Automne de 1928.

années 30, vitrail, Gare de Limoges-benedictins, 1929, ©DRVitraux_Gare_de_Limoges-Bénédictins
années 30, vitrail, Gare de Limoges-Benedictins, 1929, ©DRVitraux_Gare_de_Limoges-Bénédictins

Vitrail de la gare Limoges-Bénédictins en 1929. Les ouvertures sont ornées de vitraux de Francis Chigot ; ils représentent des feuillages et l’on peut également apercevoir dans le décor des châtaignes, emblème du Limousin, des chênes et des glands. Au total, les vitrages sont posés sur une surface de 775 m2. Sont également installés treize ensembles vitrés.

 

année 30, art déco, paravent, verre, ©DR
année 30, art déco, paravent, verre, ©DR

Paravent des années 30.

années-30-vitaux-verre-Hôtel-Lutecia-Paris-©DR
années-30-vitaux-verre-Hôtel-Lutecia-Paris-©DR

Vitraux de la cage d’escalier de l’hôtel  Lutecia à Paris.

années 30, art déco, vitrail, verre, Pierre Patout, ©DR
années 30, art déco, vitrail, verre, Pierre Patout, ©DR

Porte art déco, 5 Rue du Dr Blanche, dessinée par Pierre Patout.

année 30, art déco, verre, vitrail, ?©static.francetv .fr
année 30, art déco, verre, vitrail, ?©static.francetv .fr
annnées 30, art déco, vitrail, verre, ©saint-quentin.fr
vitrail, verre, détail gare de St Quentin ©saint-quentin.fr

Vitraux du Buffet de la gare, Ville de Saint-Quentin.

 

 

3 réflexions sur “ Le travail du verre dans les années 30 ”

  1. Revenons de Lyon où nous avons visité le musée L. Lumière qui par certains n’est pas sans rappeler ce que tu présentes aujourd’hui. Mais vous devez connaître évidemment. Merci en tout cas pour tes envois, c’est toujours fabuleux.

  2. Les photos laissent imaginer ce que peut être la réalité du vitrail vu dans la lumière pour laquelle il a été composé.
    Toutes les productions proposées me plaisent (celles de J.Grüber un peu moins que les autres) ; l’actualité de l’article et des créations qu’il propose signifient, à leur manière, que les années 30, décidément…. et dans des domaines bien différents…
    On avance en spirale.

  3. Bonjour,

    J’ai un penchant pour les vitraux et les années 30 et ai vu avec grand plaisir ce que vous en dites et qui m’a fait connaître des vitraux que je ne connaissais pas. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *