italie, années 60, luminaires, Casati et Ponzio, Pillola, 1968

Les années 60 en Italie : les luminaires (partie 2)

Radical Design, détournement, formes organiques, couleurs chaudes ou encore minimalisme et géométrie déclinent les luminaires des années 6O en Italie. Un univers varié et riche.

Angelo Mangiarotti

Né en 1921 à Milan, architecte et designer industriel, Mangiarotti est diplômé, en 1948, de l’école d’Architecture et de l’ École polytechnique de Milan. Il part aux États-Unis en 1953 et travaille à Chicago comme professeur à l’ Institut de technologie de l’Illinois où il rencontre Frank Lloyd Wright, Walter Gropius, Ludwig Mies van der Rohe et Konrad Wachsmann qui ont eu une grande influence dans l’évolution de son travail. En 1989, il ouvre un cabinet à Tokyo.

Italie, années 60, luminaires, mangiarotti,lesbo, 1966-67, ©artvalue.com
Italie, années 60, luminaires, mangiarotti,lesbo, 1966-67

Les deux lampes de forme organique Lesbo et Saffo sont en verre de Murano. La première tient son nom de l’ île grecque, Lesbos ; la seconde de la poétesse du VIIe siècle. Editées par Artémide, ces deux lampes ont en commun l’effet d’ombre gradué des diffuseurs qui dissimule la source lumineuse et dirige la lumière vers le haut, en émettant un halo subtil qui accentue la qualité du verre. Lesbos est composée d’une base en métal chromé  et d’un diffuseur en verre soufflé. Saffo présente sur une base circulaire en aluminium un grand champignon en verre translucide et blanc renflé à la partie supérieure accueillant une coupelle interne en verre fumé. Elles ont été créées en 1966-67.

italie, années 60, luminaires, mangiarotti, Saffo, 1966-67
italie, années 60, luminaires, mangiarotti, Saffo, 1966-67, ©enchères.catawiki.eu

La forme en champignon constitue un thème récurrent dans l’oeuvre de Mangiarotti.

italie, années 60,luminaires,mangiarotti,
italie, années 60,luminaires,mangiarotti,©tajan

 

Moins connue, la grande lampe cônique en verre soufflé translucide et blanc, à structure métallique interne, date des mêmes années.

Cesare Cassati et Emanuele Ponzio

italie, années 60, luminaires, Casati et Ponzio, Pillola, 1968
italie, années 60, luminaires, Casati et Ponzio, Pillola, 1968, ©arhitonic.com

Les deux designers, associés sous le nom de Studio D.A. se sont directement inspirés des oeuvres d’Andy Warhol et Claes Oldenburg pour recontextualiser des objets banals, les redimensionner et leur donner une autre fonction. Objet pop archétypique, la lampe Pillola a été conçue pour une utilisation groupée, un peu comme des cellules tombées d’un flacon de médicament. Constituées d’ABS et d’acrylique, ces lampes mesurent 55 cm de hauteur et ont été créées en 1968 pour Ponteur. Elles appartiennent à la collection permanente du MOMA de New York.

Vico Magistretti

Vico Magistretti est un designer italien né à Milan en 1920. Il termine ses études d’architecture en 1945 puis rejoint le studio de son père où il prendra part à de nombreux projets d’architecture et de design.

italie, années 60, luminaires, magistretti, lampe chimera,1966
italie, années 60, luminaires, magistretti, lampe chinera,1966, ©architonic.com

La plus sculpturale de ses lampes est sans conteste le lampadaire Chimera créé en 1966 et édité par ArtemideSa forme en vague, élégante et ondulée, lui donne une forte identité. En acrylique moulé opaque sur une base métallique laquée, cette lampe diffuse une lumière douce. Une variante, la Mezzochimera, a été créée comme lampe de table.

italie, années 60,luminaires, magistretti, dalu, 1965
italie, années 60,luminaires, magistretti, dalu, 1965, ©lecedrerouge.com

L’un des objectifs des années 60 fut de créer des produits d’une seule pièce — à l’instar de Verner Panton et sa chaise Panton — l’idée étant que l’unité de conception rendait la fabrication plus rationnelle et plus économique. La lampe Dalu créée en 1965 dans cette optique développe un audacieux porte-à-faux en ABS.

italie, années 60, luminaires, magistretti, lampe telegono, 1968
italie, années 60, luminaires, magistretti, lampe telegono, 1968, ©drouot.com

La lampe Telegono conçue en 1968 et la lampe Eclisse créée en 1965 emploient toutes deux une occultation hémisphérique en forme de paupière pour moduler l’éclairage. La première en ABS, proposée en blanc, rouge, noir et orange utilise une forme géométrique simple pour atteindre un profil  d’une seule ligne.

italie, années 60, luminaires, Magistretti, eclisse
italie, années 60, luminaires, Magistretti, eclisse, ©moma.org

La seconde en métal laqué obtint le Compasso d’Or en 1967 et est exposée au MOMA de New York. Elle est composée de trois parties hémisphériques, l’une est sa base , l’autre son réflecteur, la troisième le diffuseur  qui contrôle la quantité de lumière.

Le studio BBPR

italie-années-60-luminaires-studio-BBPR-lampe-RO,1962
italie-années-60-luminaires-studio-BBPR-lampe-RO,1962

Banfi, Belgioso, Peressuti et                                                                                                                                          Rogers fondèrent le studio de design milanais BBPR en 1932. Après la Seconde Guerre Mondiale, celui-ci joua un rôle important dans la promotion du rationalisme aussi bien en architecture qu’en design. La lampe  de table Ro, créée en 1962, avait été initialement conçue pour les bureaux d’Olivetti et constitua une des premières collaborations du studio avec Artémide.

italie, année 60, luminaires,studio b.b.p.r., polimnia, 1967
italie, année 60, luminaires,studio b.b.p.r., polimnia, 1967, ©artnet.com

Egalement disponible en version lampadaire sous le nom de Talia, la lampe Ro incarnait la conviction du groupe : Le design est l ‘union de l’utile et du beau. Le pied et l’abat-jour sont en métal chromé et le diffuseur en christal. En 1967, ils créent les appliques Polimnia.

Giancarlo Mattiolo

italie, années 60, luminaires, Mattiolo,nesso,1962
italie, années 60, luminaires, Mattiolo,nesso,1962, ©light11.fr

Conçue pour l’obtention d’une lumière d’ambiance discrète, la lampe de table Nesso diffuse la lumière à travers un plastique coloré pour éviter que l’oeil soit agressé par l’ampoule et est munie d’un variateur afin de mesurer l’intensité de l’éclairage. La transparence partielle du matériau diffuse une lumière uniforme tandis que le choix de la couleur assure une ambiance chaleureuse. Créée en 1962, cette lampe a été éditée par Artemide. Elle existe également en blanc.

italie, années 60, luminaires, Giancarlo Mattiolo,lampe MT, 1969
italie, années 60, luminaires, Giancarlo Mattiolo,lampe MT, 1969, ©drouot.com

La lampe MT est conçue pour être posée au sol et diffuser la lumière à ce niveau, à travers une série d’ailettes qui réfléchissent et canalisent la lumière. De conception sculpturale, elle est en aluminium laqué. Editée par Sirrah en 1969.

Gio Ponti

italie, années 60, luminaires, Gio Ponti, lampe Fato, 1965
italie, années 60, luminaires, Gio Ponti, lampe Fato, 1965, ©architonic.com

Architecte, designer, enseignant et auteur Gio Ponti, diplômé de l’école polytechnique de Milan en 1921, est le créateur de  la revue Domus. Des années 60, deux lampes : Fato et Polsino. Avec ses écrans métalliques géométriques, ses peintures de fond de lumière et d’ombre, de pleins et de vides, renfermés dans un cadre carré, cette lampe de table ou applique se présente tel un objet lumineux multifonctions: lampe et vitrine évoquant une sculpture lumineuse dans le style typique des années 60. Fato a une structure en tôle émaillée pliée et soudée blanche. L’émission lumineuse est indirecte.

Italie, années 60, luminaires, Gio Ponti, polsino, 1965
Italie, années 60, luminaires, Gio Ponti, polsino, 1965, ©drouot.com

La lampe Polsino éditée en 1968 par I Guzzini en deux dimensions, en perspex et à la structure en métal chromé avait été conçue pour permettre à son utilisateur de la transporter.

Nanda Vigo

Italie, luminaires, années 60, Nenda Vigo, Linea, 1969
Italie, luminaires, années 60, Nenda Vigo, Linea, 1969

Après avoir suivi l’Ecole d’Arts de Milan, Nanda Vigo poursuit ses études à l’Ecole d’Enseignement Technique de Lausanne où elle reçoit un diplôme d’Architecture. C’est au début des années 60 qu’elle  formule le concept de Chronotopy comme manière de transformer l’environnement par l’utilisation de la lumière. Elle reçut de nombreux prix internationaux (tel  l’Award du design industriel de New York, en 1971, pour la lampe Golden Gate) et enseigna à l’école d’enseignement technique de Lausanne, à l’Institut européen du Design de Milan et donna des cours au Master Design de la lumière à l’Académie de Brera. Sa lampe Linea, créée en 1969 pour Arredoluce rappelle, par son minimalisme, la lampe Tube d’Eileen Gray. Constituée  d’un pied et d’une tige en acier inoxydable poli et d’un tube fluorescent, elle est d’une simplicité intemporelle.

Archizoom associati

Italie, années60, luminaires, archizoom, sanremo, 1968
Italie, années60, luminaires, archizoom, sanremo, 1968, ©archiexpo.com

Issu du « Design Radical », mouvement émergeant dans les années 60 en Italie, le groupe italien  Archizoom Associati tirait ses références de la culture populaire tout en se moquant des prétentions du « Good Design ». Le modèle Sanremo réinterprète un élément kitsch symbolique : le palmier. Elle est composée d’un pied en métal laqué et de palmettes en acrylique.

Mario Bellini

italie, années 60, luminaires, Mario Bellini, Chiara, 1964
italie, années 60, luminaires, Mario Bellini, Chiara, 1964, ©drouot.com

Né le 1er février 1935 à Milan, Mario Bellini, architecte et designer, est issu de l’école polytechnique de Milan. Entre 1959 à 1962, il assume la fonction de directeur artistique de La Rinascente, une chaîne de grands magasins qui a beaucoup contribué à la promotion du design industriel d’après-guerre. Il a été professeur de design à l’Institut supérieur du design industriel de Venise de 1962 à 1965, avant d’enseigner le design industriel à la Hochschule fur Angewandte Kunst de Vienne en 1982 et 1983, et à l’Académie Domus de Milan de 1986 à 1991. Il a aussi été rédacteur en chef de la revue Domus. Mario Bellini a remporté de nombreux prix de design, dont, sept fois, le Compasso d’Oro. Toujours inventives, très sophistiquées, ses créations se caractérisent par un sens de la forme et des proportions et un respect des propriétés des matériaux employés. Le lampadaire Chiara, créé en 1964 pour Flos, est la mise en forme sculpturale d’une seule feuille d’acier.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *