italie, années 60, luminaires, gae aulenti, pipistrello

Les années 60 en Italie : les luminaires (partie1)

L’Italie des années 60 est le lieu privilégié de la création des luminaires : c’est l’apparition de l’éditeur Flos et le moment où des grands designers , tels Achille Castiglioni et Gae Aulenti, réalisent des modèles qui deviendront des icônes du design du XX ème siècle.

Achille et Pier Giacomo Castiglioni 

italie années 60, castiglioni, viscontea, ©architonic.com
italie années 60, castiglioni, viscontea, ©architonic.com

Talentueux novateurs, les frères Castiglioni, sont à l’origine trois. Livio se sépare des deux autres en 1952 et Pier Giacomo meurt en 1968. Seul Achille continuera dans le design, quoiqu’architecte de formation.

italie, années 60, luminaires, castiglioni, taraxacum,©1rstdibs.com
italie, années 60, luminaires, castiglioni, taraxacum,©1rstdibs.com

Les suspensions Viscontea et Taraxacum  créées en 1960, puis la Gatto en 1962 emploient le même matériau, le cocoon, nouveau type de plastique à projeter armé de fibres de verre qui fut mis au point aux Etats Unis pour mettre sous protection des navires de guerre déclassés.

italie, années 60, luminaires, castiglioni, gatto, ©lightology.com
italie, années 60, luminaires, castiglioni, gatto, ©lightology.com

C’est Arturo Eisenkeil qui importa ce matériau en Italie et  fonda alors la société FLOS pour produire des luminaires à partir de ce matériau.

italie, années 60, luminaires, castiglioni, Toio, ©hivermodern.com
italie, années 60, luminaires, castiglioni, Toio, ©hivermodern.com

Des mêmes, créé en 1962, Toio, l’un des plus célèbres ready made de l’industrie du luminaire emploie un phare de voiture comme  lampe, le transformateur et le  cable d’alimentation sont inclus sous leur forme d’origine ! Fonctionnalisme et ironie se combinent ici dans une esthétique brute et anonyme. Socle en métal laqué et tige chromée.

italie, années 60, luminaires, castiglioni, Taccia, ©1rstdibs.com
italie, années 60, luminaires, castiglioni, Taccia, ©1rstdibs.com

La lampe Taccia, imaginée en 1962,  mélange classicisme et design industriel. Composée de trois éléments, une colonne cannelée en aluminium contenant une ampoule à incandescence et des ouvertures de ventilation, une vasque parabolique mobile en verre clair et un réflecteur incurvé en aluminium moulé, Taccia offre une lumière diffuse orientable.

italie, années 60, luminaires, castiglioni, arco, ©chinayada.com
italie, années 60, luminaires, castiglioni, arco, ©chinayada.com

Le lampadaire Arco, constitué d’un pied en marbre de Carrare, d’une tige en acier inoxydable et satiné et d’un réflecteur en aluminium poli, résulte de la transformation d’une suspension en lampadaire et est inspiré de l’éclairage urbain. Ce luminaire offre un triple réglage en hauteur étant à l’origine destiné aux zones de repas.

Italie, années 60, luminaires,castiglioni,Splugen Brau Suspension, 1961
Italie, années 60, luminaires,castiglioni,Splugen Brau Suspension, 1961

Conçue en 1961 et produite en 1964, la suspension Splügen Brau est constituée d’un abat-jour en aluminium poli strié horizontalement.

La lampe de table Snoopy, conçue en 1967, s’inspire du nez du célèbre chien de bande dessinée. Humour qui n’enlève rien à la rationalité  et à l’équilibre de la lampe, composée d’un pied en marbre et d’un abat-jour en verre ou en métal posé sur un disque en verre.

italie, années 60, luminaires,castiglioni, snoopy, 1967
italie, années 60, luminaires,castiglioni, snoopy, 1967, ©maison-deco.com
italie, années 60, luminaires, livio castiglioni,lampe Boalum,
italie, années 60, luminaires, livio castiglioni,lampe Boalum,©asteri.fr

En 1969, Livio Castiglioni qui s’était séparé de ses frères en 1952, pour se spécialiser dans la conception de luminaires et d’appareils électroniques, crée pour Artemide, en collaboration avec Gianfranco  Frattini,  la serpentine lampe Boalum qui s’inspire d’un tuyau d’aspirateur. Composée d’un tube de PVC renforcé d’anneaux de métal, qui abrite une sorte de collier avec 25 ampoules, elle peut servir de lampe de table, de sol et peut même se mettre au mur. Modèle pop par excellence, elle peut prendre une infinité de formes et transforme la vision classique de l’apparence que peut revêtir une lampe.

Gae Aulenti

Je n’ai jamais pensé aux luminaires en termes d’éclairage technique ou de machine à éclairer, mais de formes, dans une relation harmonieuse avec le contexte pour lequel ils sont créés.

italie, années 60, luminaires, gae aulenti, pipistrello
italie, années 60, luminaires, gae aulenti, pipistrello, ©artibazar.com

Ainsi s’exprime Gae Aulenti dont la lampe de table Pipistrello est devenue une icône du design du XX ème siècle. Imaginée vers 1965, cet objet élégant s’imposa immédiatement dans de nombreux intérieurs dans les années 60. Son nom — chauve- souris — lui vient des contours  de l’abat-jour segmenté en métacrylate opalin blanc. Le pied, de forme conique évasée, est en acier inoxydable laqué (noir, marron foncé, blanc ou aluminium satiné brossé, selon les modèles) et enserre une colonne télescopique en acier qui permet de lever ou de baisser la lampe et ainsi de l’utiliser posée sur un meuble ou au sol, passant ainsi de 66 cm à 86 cm. Produite par Martinelli Luce, elle a été déclinée en rouge en 2009 et en cuivre brossé dans une version encore plus récente. Une piccolo pipistrello a également été lancée récemment. Elle est présente dans de nombreux musées d’art contemporain, dont le MOMA à New York.

italie, années 60, luminaires, gae Aulenti, Locus solus, 1964,©mdbarchitects.com
italie, années 60, luminaires, gae Aulenti, Locus solus, 1964,©mdbarchitects.com

La lampe de sol Locus Solus éditée par Poltronova en 1964 est d’une conception plus ludique due au caractère sinueux de sa tige, le plus souvent de couleur verte, et de son globe, en deux demi-sphères qui évoquent une fleur jaillie du sol. (hauteur : 200 cm)

italie, années 60,luminaires, Gae Aulenti, Giova , 1964,©adbarchitects.com
italie, années 60,luminaires, Gae Aulenti, Giova , 1964,©adbarchitects.com

La même année, la designer crée la lampe Giova pour Fontana Arte, constituée de deux sphères tronquées en verre, de taille différente, insérées l’une sur l’autre.

En 1967, elle imagine la lampe de table Rimorchiatore, qui tire son nom des navires remorqueurs à vapeur. Véritable composition de formes géométriques, elle offre plusieurs fonctions d’éclairage.

Italie, années 60, luminaires,Gae Aulenti, Rimorchiatore
Italie, années 60, luminaires,Gae Aulenti, Rimorchiatore, ©interiorscreation.fr

D’une hauteur de 40 cm, elle est composée d’une base en métal moulé émaillé, de diffuseurs en verre soufflé opalescent, d’un vase et d’un cendrier en verre soufflé également.

itale, années 60, luminaires, gae aulenti, 1967
itale, années 60, luminaires, gae aulenti, 1967, ©madeindesign.com

 

La lampe de Table Ruspa, créée la même année , est également un travail sur la géométrie : composée d’une sphère dont on aurait découpé un quart, pour en faire un piètement, les trois quarts restants forment le réflecteur. Doublement inclinable, piètement et réflecteur, cette lampe est constituée de métal laqué.

De formes assez simples et toujours géométriques, les lampes Oracolo et Mezzoracolo conçues respectivement en 1968 et 1970 pour Artemide sont composées d’un globe en verre opalescent et d’un pied cylindrique en métal laqué orné d’un bandeau en métal perforé dans sa hauteur.

italie, années 60, luminaires, gae aulenti, mezzoracolo
italie, années 60, luminaires, gae aulenti, mezzoracolo, ©maison-deco.com
italie, années 60, luminaires, gae aulenti, orracolo
italie, années 60, luminaires, gae aulenti, orracolo, ©paperblog.com

La lampe King Sun, sorte de soleil styliséimaginée en 1967, éditée par Kartell, assez imposante avec sa hauteur de 72 cm, est composée d’ailettes semi-cylindriques en acrylique transparent insérées sur une base en métal laqué vermillon, couleur symptomatique des années pop. La lumière est diffusée par les ailettes depuis le centre où est dissimulée la source lumineuse.

italie, années 60, luminaires,Gae Aulenti, King Sun, 1967
italie, années 60, luminaires,Gae Aulenti, King Sun, 1967, ©moderndesiginterior.com

3 réflexions sur “ Les années 60 en Italie : les luminaires (partie1) ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *