luminaires bauhaus, W.Wagenfeld

Luminaires Bauhaus et de Stijl : les années 20

Formes simples, composition asymétrique, verre et métal, fonctionnalisme pourraient définir les lampes modernistes des années 20.

Le mouvement de Stijl

Le groupe de Stijl fut fondé en 1917 par Théo van Doesburg et Pietr Mondrian. Les grandes forces contraires telles que  la nature et l’esprit, ou le principe féminin et le principe masculin, le négatif et le positif, le statique et le dynamique, l’horizontale et la verticale » devaient parvenir à un équilibre dans l’art. L’angle droit et les trois couleurs primaires complétées par le noir, le blanc et le gris étaient considérés comme des moyens d’expression élémentaire. Doesburg se rendit en 1920 à Weimar pour donner un cours de « Stijl » auquel participèrent 25 étudiants du Bauhaus, dont Marcel Breuer qui conçut tous ses meubles d’esprit de Stijl entre 1921 et 1925.

luminaire de Stijl,vilmos-huszar-typ-ds-23
luminaire de Stijl,vilmos-huszar-typ-ds-23,©artnet.com

 

De Vilmos Huszar, peintre d’origine hongroise, qui fut également l’un des membres fondateurs du mouvement du groupe de Stijl en 1917 et qui commença à réaliser des intérieurs, des meubles et des textiles l’année suivante, nous retiendrons la lampe de table DS23 dessinée vers 1920 aux formes géométriques simples et aux couleurs primaires.

luminaire de Stijl, gerrit rietveld,suspension
luminaire de Stijl, gerrit rietveld,suspension,©bauhausshop.eu

Architecte et créateur néerlandais, Gerrit Rietveld rejoignit le groupe de Stijl en 1919 et réalisa plusieurs luminaires dont l’enjeu formel était la relation spatiale entre les éléments.

Il mit au point en 1922 le prototype d’une lampe dont les éléments, disposés à angle droit les uns par rapport aux autres, flottaient librement ; la structure est en bois et verre et les tubes lumineux en verre dépoli.

luminaire de stijl, G.Rietveld-lampe de table
luminaire de stijl, G.Rietveld-lampe de table,©emafructidor.com

De lui également, la lampe de table composée de deux cylindres disposés de manière asymétrique et de deux tiges métalliques, l’une horizontale, l’autre verticale ; une sphère contient l’ampoule. Composition de formes simples en équilibre, le style de Stijl dans toute sa maîtrise. Magistral.

 

 Le Bauhaus

Fondée en 1919 par Walter Gropius à Weimar, et dissoute à Berlin en 1933 par Mies van der Rohe sous la pression des nationaux socialistes, l’école du Bauhaus provient de la fusion de l’ancienne académie des Beaux-Arts du duché et de l’ancienne école des Arts Décoratifs et donnait aux artistes et artisans le programme  « d’ériger ensemble la construction de l’avenir« . « Art plastique, architecture et peinture sont tout un » déclare Walter Gropius. D’abord basée à Weimar, puis à Dassau dès 1925, l’école ferme ses portes en octobre 1932 et sera déplacée à Berlin sous la direction de Mies Van der Rohe, puis mise sous scellés par la Gestapo le 11 avril et définitivement dissoute en juillet 1933.

bureau directeur Bauhaus,
bureau directeur Bauhaus,©DR

S’inspirant de Rietveld, et sous l’influence de Doesburg qui pendant les années vingt était impliqué dans de nombreux débats avec le Bauhaus, Walter Gropius en 1922-23 créa un éclairage de plafond très semblable pour le bureau du directeur du Bauhaus à Weimar. Dans le même ordre d’idée Max Krajewski  dessina les luminaires d’autres plafonds.

Bauhaus building - by Max Krajewski (1925)
Bauhaus building – by Max Krajewski (1925),©DR

C’est par ailleurs l‘époque où le Bauhaus prit une nouvelle direction : à l’union de l’art et de l’artisanat succède l’union de l’art et de la technique. Si l’école s’était voulue productive dès le départ, les problèmes économiques firent une obligation pour le Bauhaus de produire des objets et se distinguer en cela des autres écoles. Des formes nouvelles naquirent, propres à l’industrie, sous la direction du successeur de Itten, Laszlo Moholy Nagy. Ses cours proposent des exercices où l’on construit des objets en trois dimensions, en verre, plexiglas, bois ou métal dans une position asymétrique, exercices d’équilibre dans l’espace. Les peintres Klee et Kandinsky donnent les cours de dessin.

luminaires bauhaus, W.Wagenfeld
luminaires bauhaus, W.Wagenfeld,©

Dessiné par Wilhem Wagenfeld alors qu’il n’avait que 24 ans avec Carl Jacob Jucker vers 1923-24, le légendaire modèle ME1  défendait le credo fonctionnaliste de l’école du Bauhaus qui visait à créer des biens standardisés compatibles avec une production de masse. La simplicité extrême de cette lampe avec son abat-jour arrondi en verre opalescent, son pied cylindrique en verre et son socle circulaire, soit en verre (ME1) soit en métal(ME2), allie élégance et pureté des formes pour un objet de la vie courante.

luminaire bauhaus, W.Wagenfeld, WNL30
luminaire bauhaus, W.Wagenfeld, WNL30

De plus, prototype du luminaire industriel, cette lampe opérait la jonction entre art et technologie, jonction au coeur de la philosophie du Bauhaus. Comme en témoigne la suspension M4, créée en 1926-27, le fonctionnalisme régit les créations de W. Wagenfeld : la forme suit la fonction. De Wagenfeld nous retenons également la lampe de table, existant aussi en applique, créée en 1930.

 

Vers 1923-25, Curt Fisher réalisa une lampe de travail polyvalente, nommée Midgard, munie d’un réflecteur anti-éblouissement et d’un bras dont le mécanisme permettait d’orienter la lampe selon des angles variables Cette lampe faisait partie du mobilier du Bauhaus à Weimar et à Dassau.

luminaires bauhaus,curt fisher,lampe midgard,
luminaires bauhaus,curt fisher,lampe midgard,©pba-auctions.com

 

luminaires bauhaus,suspension poulie, M.Brandt
luminaires bauhaus,suspension poulie, M.Brandt,©bonluxat.com

Marianne Brandt et Hans Przyrembel dessinèrent la lampe connue sous le nom de ME78b en 1926. Créée pour les ateliers du Bauhaus Dessau, elle constitue une suspension à poulie, et existe également sous forme de lampadaire. Créée à l’origine en petite quantité, elle fut par la suite généralisée à l’ensemble des ateliers et se trouvait dans la salle à manger de l’appartement des Gropius. Le contrepoids, l’abat-jour et les montures sont en aluminium nickelé. Conçue pour des lieux de travail, elle peut atteindre 250 de hauteur, le diamètre de l’abat jour est de 50 cm.

luminaires bauhaus, marianne brandt, lampadaire
luminaires bauhaus, marianne brandt, lampadaire,©voltex.ch

Marianne Brandt,seule femme à travailler dans l’atelier des ferronneries du Bauhaus devint l’une des personnes référentes pour les luminaires. Nous retiendrons également les suspension ME27 et ME24 constituées toutes deux d’un globe en verre opalescent et d’une monture en laiton nickelé mais différant quant à la forme, ainsi que les deux lampes de table en acier émaillé fabriquées en collaboration avec Hin Bredendieck nommées respectivement Kanden Light 702 (1928) et Kanden 756 (1927). La première, lampe de chevet, de petite taille permet grâce au bras orientable et au faible faisceau lumineux de diriger la lumière sans déranger son voisin; la seconde, orientable également, est une lampe de bureau.

bauhaus, luminaires, lampadaire Gyula Pap
lampadaire Gyula Pap,©luminaires.fr

C’est dans l’institut du Bauhaus de Weimar que le designer hongrois Gyula Pap a développé cette lampe en 1923.  Surmontée d’un bouchon de protection anti-éblouissant, elle est caractérisée par son assiette en verre dépoli, soutenue par un tube en métal nickelé posé sur un socle pivotant noir.

De Richard Docker nous retenons le lampadaire DSL 23, composé d’une structure simple en métal nickelé qui soutient un globe en verre opaque. Ajustable, il peut atteindre 2 mètres. Il est réédité par Technolumen.

luminaires bauhaus,DSL23,Richard Döcker, 1923-26
luminaires bauhaus,DSL23,Richard Döcker, 1923-26,©technolumen.com

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *