Martin Szekely, Table Blanche, 2007

Martin Szekely : matières et dépouillement

Travail sur les volumes et les matières, l’oeuvre de Martin Szekely offre aux surfaces variées un dépouillement des formes et une simplicité de construction. Touchant à l’abstraction plus qu’au minimalisme, il offre aux matériaux un usage parfois décalé et se confronte à eux dans une esthétique de l’usage plus que de la forme.

SZEKELY Martin, portrait
SZEKELY Martin, portrait, ©DR

 

Né en 1956, Martin Szekely est un designer et un artiste français, issu de l’école Boulle et de l’école Estienne, diplômé en gravure. Il est consacré Créateur de l’année au Salon du meuble de Paris en 1987, et honoré en 1999 du Prix Alfred Dunhill « Homme remarquable de l’année ». Ces créations font partie des collections de plusieurs musées importants comme le Musée des Arts Décoratifs, le MoMA ou le Mudam. En 2011, le Centre Pompidou lui consacre une exposition intitulée Ne plus dessiner.

Martin Szekely, verre Perrier, 1996, © Alain Beule,courtesy galerie Kreo,
Martin Szekely, verre Perrier, 1996, © Alain Beule,courtesy galerie Kreo,

Très connu pour le fameux verre Perrier fabriqué à 20 millions d’exemplaires, ou les loveseat du cinéma MK2 à Paris, le reste de son oeuvre est plus confidentielle et recherchée par les collectionneurs.

Martin Szekely, fauteuil Loveseat mk2 cinéma, ©HartlandVilla
Martin Szekely, fauteuil Loveseat mk2 cinéma, ©HartlandVilla

Editions limitées ou exemplaires uniques, ces oeuvres se caractérisent souvent par l’emploi d’un matériel peu usité —par exemple le liège à travers la série Simples Boxes  que nous avons présentés ailleurs — par une rigueur de lignes et une stricte élégance assez austère, mais très pure, qui est caractérisée de froide par certains. J’adore.

« Mon intention se porte uniquement sur la raison d’être de l’objet : l’usage. Sans forcement exposer une signature, le talent de l’artisan, la joliesse d’un matériau ou d’un motif. L’objet apparaît dans ce qu’il a de plus sec. En éprouvant les états limites des matériaux et leur mise en oeuvre, le dessin s’abolit de lui-même. Il en résulte une dimension esthétique hors de toute volonté. » Martin Szekely, Paris 2011.

Martin Szekely, étagère Tino, 2009
Martin Szekely, étagère Tino, 2009, © wallpaper.com

Cette volonté de faire disparaître le dessin sous l’usage est particulièrement illustrée par l’étagère Tino, abstraction de bibliothèque ou la finesse des plateaux se mêle au rythme apparemment alléatoire des montants tubulaires.

Martin Szekely, Artefact, 2013
Martin Szekely, table Artefact, 2013, ©gg-art.com

Sublimes courbes de galet et sensualité de la matière pour le plateau en pierre de la table Artefact créée en 2013. Pieds en acier inoxydable plaqué or. Martin Szekely explique ainsi le nom et l’origine de cette table :

Paysage : Une plage de galets à Arromanches, Normandie : des cailloux, tous semblables, tous différents, « travaillés » par l’érosion marine.
Subjectivité : Parmi cette multitude, j’en choisis un, pas trop rond, un peu plat.
Modification : Balayé par les rayons du scanner, le galet original est traduit en fichier numérique et subit un changement d’échelle par homothétie. Dans ses moindres détails le galet est alors modelé dans un bloc de pierre millénaire par une machine programmée. La machine vide le bloc de sa masse interne sans que soit modifié son aspect.
Clonage : Le marbrier reconduit l’opération autant de fois que voulu.
Usage : Élevé par trois pieds fins et dorés, ce galet artefact de la dimension d’un coussin, devient support de ce qu’on voudra poser.
Pour l’archéologue et l’anthropologue, un artefact est, par extension de l’anglais « artifact », un objet fabriqué par l’être humain. Un objet non naturel en ce qu’il résulte d’une intervention humaine si minime soit-elle et qui se distingue ainsi d’une autre provoquée par un phénomène naturel.

 

Martin Szekely, Table Blanche, 2007
Martin Szekely, Table Blanche, 2007, ©phillips.com

Quatre cylindres pour un plateau. Magnifique équilibre entre la robustesse des pieds et la minceur du plateau. Les pieds sont en Corian, la plateau en aluminium alvéolé. Créée en 2007. Dimensions : H.74.9 × L.279.4 × P.139.7 cm.

Martin Szekely, chaise longue base,
Martin Szekely, chaise longue Base,©catalogue.drouot.com

La chaise longue « Base » est constituée d’un profilé en acier laqué époxy, d’un sandwich de nid d’abeille en aluminium et fibre de verre. Cette chaise a été réalisée pour la collection «Six constructions», éditée par la Galerie Kreo, qui regroupe différents meubles dont les noms appartiennent à l’univers de la construction plus qu’à celui du mobilier comme en témoignent  la liste suivante : base, plateforme, échelle, etc. Ces constructions sont autant de supports pour nos corps et nos objets : un corps qui a besoin de s’isoler du sol pour s’asseoir, s’allonger, travailler, et pouvoir accéder aux objets en position debout ; des objets qui doivent être contenus, rangés, et pouvoir aussi être exposés au regard.

Stonewood One , table d’appoint ou bout de canapé, est constitué d’un plateau rectangulaire en quartzite traversé par quatre vis en acier. Créée en 2005.

Martin Szekely, stonewood 1, 2005, ©fabrice Gousset, courtesy Galerie Kreo
Martin Szekely, stonewood One, 2005, ©fabrice Gousset, courtesy Galerie Kreo

Une roche de trois milliards d’années, extraite du sous-sol brésilien, qualifie cet épais plateau de quartzite vert, équarri et poli. Il est traversé de quatre vis qui en sont les pieds. Ils outrepassent la surface supérieure du plateau et précisent ce qu’ils permettent : monter et descendre le plateau et en ajuster la hauteur suivant les usages. Comme une portion de sol portée à un certain niveau, qui conserve sa fonction de support mais change de statut.

Martin Szekely, Table concrete, 2008
Martin Szekely, Table concrete, 2008, ©martinszekely.com

La série Concrete créée en 2008 propose tables, tables basses et bureau en Ductal (béton allégé). Ce matériau en général utilisé sur les chantiers de construction est déplacé ainsi vers l’intérieur où son usage est modifié.

Martin Szekely,Table-Solaris, 2005
Martin Szekely,Table-Solaris, 2005, ©martinszekely.com

Presque identique de forme, hormis un plateau carré, la Table Solaris est en acier « zincato giallo ». Créée en 2005.

Martin Szekely, consoles-103, 2006
Martin Szekely, consoles-103, 2006, ©courtesy Galerie Kreo

La Console 103 est un cylindre en acier inoxydable poli, recouvert de bois ou de cuir, faisant office de surface au plateau supérieur.

La table Tore, créée en 2007, joue sur l’équilibre, les volumes et la matière dans des lignes dépouillées qui font se rencontrer les vibrations du plateau et la droiture du piètement. En bronze mordoré ou en acier inox « vibrato ». M.Szekely dit à son propos: Un plateau en forme de « goutte de mercure » laissant dans l’incertitude l’appréciation de sa géométrie et de son épaisseur.

Martin Szekely, table Tore , ©courtesy Galerie Kreo
Martin Szekely, table Tore , ©courtesy Galerie Kreo

 

Unit shelf 2, Martin Szekely
Unit shelf 2, Martin Szekely, courtesy Galerie Kreo ©Martin Szekely

Les Units shelves sont des étagères juxtaposables et empilables à volonté — sans échelle et sans limite dimensionnelle. Cette modularité permet la régularité ou son contraire, et une multiplicité de constructions.  Chaque module est le résultat d’une opération de démoulage de plâtre coulé (à l’état liquide) dans son moule. Il s’agit d’un plâtre blanc mat technique, d’une densité inégalée. Le poids de chaque module assure la stabilité des empilements sans recourir à la mécanique. Des portes vitrées transparentes ou opaques coulissent entre les modules superposés.

Martin Szekely, Unit Tower Multiple 5, 2011
Martin Szekely, Unit Tower Multiple 5, 2011, courtesy galerie kreo, ©martin Szekely

Les Unit towers sont des tours rondes de rangement à tiroirs, qui permettent un usage à 360° sans façade de référence.

Martin Szekely, table-glassglass, 2009
Martin Szekely, table-glassglass, 2009, ©martinszekely.com

De verre et d’acier, la Table GlassGlass, imaginée en 2009, offre au verre sa double caractéristique, être traversé par la lumière et le regard ou au contraire  réfléchir ce qui l’entoure.

 

 

Pour plus d’oeuvres de Martin Szekely, voir son site.

 

 

 

 

 

 

3 réflexions sur “ Martin Szekely : matières et dépouillement ”

  1. Merci pour l’attention que vous portez à mon travail.
    Avec toute ma reconnaissance,
    MSz.

  2. Dans votre dossier « liège » c’est dommage que vous n’ayez pas évoqué la « Cork Chair » réalisé dès l’année 2000 et vendues à des centaines d’exemplaires depuis.
    MSz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *