tapis des années 20, tapis Bauhaus,Gunta Stölzl, dessin 1926/27

Tapis des années 20 : tapis du Bauhaus

Formes géométriques et lignes droites, quadrilatères, damiers et carrés dessinent l’abstraction colorée des tapis du Bauhaus.

Le département textile au Bauhaus

tapis années 20, tapis Bauhaus, Marianne Oppelt, 1927
Marianne Oppelt, 1927, ©DR

Si l’école du Bauhaus était théoriquement ouverte aux femmes, elles étaient dans la pratique envoyées au département textile. Prévu comme l’une des nombreuses techniques textiles, le tissage  engloutit très vite les autres activités; c’est, en effet, la technique la plus industrialisée qui offre ainsi des conditions idéales aux buts du Bauhaus :  joindre un atelier de production à l’enseignement et à la formation.

tapis des années 20,Tapis du Bauhaus,  Marianne Oppelt
Marianne Oppelt, ©DR

Les élèves doivent cependant acquérir une partie des connaissances spécialisées à l’extérieur de l’école. Ainsi Gunta Stölzl et Benita Koch-Otte suivent des cours de teinture à l’école professionnelle de teinture de Krefeld, puis de tissage à l’école de tissage de soie de la même ville. C’est le préalable nécessaire pour aborder l’enseignement du Bauhaus. Cependant, le manque de connaissances de base et de méthode peut permettre des tissages et des nouages innovants surtout avec le soutien et l’enseignement des maîtres des beaux-arts: tapis et tapisseries sont conçus comme des tableaux abstraits.

Gunta Stölz (5 mars 1897, Münich, 22 avril 1983, Zürich, Suisse)

tapis des années 20, tapis bauhaus, Gunta Stölzl, 1926, réédition Christopher Farr
Gunta Stölzl, 1926, réédition Christopher Farr, ©guntastolzl.org

Tisserande et designer de textiles allemande, elle est considérée comme l’un des membres importants du Bauhaus. De 1914 à 1916, Stölzl étudie à l’école des arts décoratifs de Munich. Elle rejoint ensuite le Bauhaus de Weimar, où elle étudie de 1919 à 1925.

tapis années 20, tapis bauhaus, Gunta Stolz
tapis années 20, tapis bauhaus, Gunta Stolz, ©DR

Après le déménagement du Bauhaus à Dessau-Roßlau, Stölzl devient maître artisan et dirige l’atelier de textile pendant quatre ans. En 1931, elle s’installe à Zurich comme tisserande, puis, deux ans plus tard, fonde  son propre atelier qu’elle dirige jusqu’en 1967.

tapis des années 20, tapis bauhaus, Gunta Stölzl,1926, réédition Christopher Farr
Gunta Stölzl,1926, réédition Christopher Farr, ©guntastolzl.org
Tapis des années 20, tapis bauhaus, Gunta stölzl, 1922, réédition Habitat
Gunta stölzl, 1922, réédition Habitat, ©guntastolzl.org

Il existe un nombre précis de rééditions contemporaines autorisées pour différents éditeurs. L’entreprise Christopher Farr est celle qui réédite le plus grand nombre de modèles de Gunta Stölzl depuis 1997 (cf. les deux tapis ci-dessus). Ou encore d’après un dessin de 1922, une réédition par Habitat ( à gauche).

tapis des années 20, tapis bauhaus, Gunta Stölzl, 1924
Gunta Stölzl, 1924, ©guntastolzl.org

Ses œuvres sont exposées dans de nombreux musées, notamment au MoMA de New York, comme le tapis Black/White ci-contre, créé en 1924. Le tapis  présenté ci-dessous fait partie d’une collection privée.

tapis des années 20,tapis Bauhaus, Gunta Stölzl, 1922
Gunta Stölzl, 1922, ©guntastolzl.org

Les dessins préparatoires se trouvent au J.Paul Getty Museum à Malibu, aux archives du Bauhaus à Berlin, au Victoria and Albert Museum à Londres ou encore dans des collections privées.

Anni Albers12 juin 1899, Berlin , Allemagne – 9 mai 1994, Orange , Connecticut, États-Unis)

tapis des années 20, tapis bauhaus, Anni Albers, Smyrna, rééd. Christopher Farr
Anni Albers, rééd. Christopher Farr, ©archiexpo.com

Artiste américaine d’origine allemande, elle intègre le Bauhaus en 1922 pour compléter les études qu’elle a commencées à l’École des Arts et Métiers à Hambourg en 1919. Elle rejoint l’atelier de tissage en 1923 et obtient son diplôme en 1930.

tapis des années 20, tapis bauhaus, Anni Albers, Child's Room,
Anni Albers, Child’s Room, rééd Christopher Farr, ©archiexpo

Lorsque Gunta Stölzl quitte le Bauhaus en 1931 à la suite d’une rébellion dans l’atelier de tissage, Anni Albers prend la tête de l’atelier. En 1925, elle épouse Joseph Albers avec qui elle partage une fascination pour l’art abstrait, facination qui a été initiée par un autre maître du Bauhaus, Paul Klee.

 Anni Albers, 1926,structure en rouge, MoMa NY
Anni Albers, 1926,structure en rouge, MoMa NY

« En observant ce qu’il a fait avec une ligne, un point ou un trait de pinceau,  j’ai essayé dans une certaine mesure de trouver ma propre direction à travers mon propre matériel et ma propre discipline artistique. »(entretien avec Anni Albers, 1968, Archives of American Art, Smithsonian Institution). 

tapis des années 20, tapis Bauhaus, Anni Albers, 1926, MoMa NY
Anni Albers, 1926, MoMa NY, ©houzz.com

 Lorsque les nationaux-socialistes arrivent au pouvoir en 1933, les Albers émigrent aux Etats-Unis, où Josef Albers est nommé conférencier au Collège Black Montain. Sa femme commence à y enseigner à partir de 1939.

tapis des années 20, tapis bauhaus, Anni Albers, tapisserie 1924
Anni Albers, tapisserie 1924, ©2007albersfondation.com

Ils entreprennent de nombreux voyages au Mexique et en Amérique du Sud, des années 1930 aux années 1970, au cours desquels Anni Albers étudie les motifs et les techniques de tissage traditionnels qui furent une importante source d’inspiration pour son travail de création. 

tapis des années 20, tapis bauhaus,Anni Albers,tapisserie
Anni Albers,tapisserie, ©albersfondation.org

Ses tissages mêlent souvent des matériaux traditionnels et industriels, allant jusqu’à combiner du papier, du cellophane, et du jute pour plus d’effets.

Gertrud Arndt (Ratibor (alors Haute-Silésie) en Septembre 1903,- juillet 2000)

tapis des années 20, tapis bauhaus, Gertrud Arndt, Gropius Zimmer, 1923
Gertrud Arndt, Gropius Zimmer, 1923, ©von-zezschwitz.de

Connue principalement pour ses photographies, en particulier des autoportraits, Gertrud Arndt a créé des tapis également. Grâce à une bourse, elle étudie au Bauhaus de 1923 à 1927. Elle souhaitait faire des études en architecture, mais comme celles-ci n’étaient
pas accessibles aux femmes, elle se spécialise dans le tissage et étudie les couleurs avec Vassily Kandinsky.

tapis des années 20, tapis bauhaus, Gertrud Arndt, dessin préparatoire
Gertrud Arndt, dessin préparatoire, ©berlinpoche.de
tapis des années 20, tapis bauhaus,Gertrud Arndt,tapisserie, 1927
Gertrud Arndt,tapisserie, 1927,©stylepark.com

Maniant échantillons et nuances de fils de laine, à partir de patrons aujourd’hui conservés, elle décline un alphabet de carrés qui viendra s’appliquer sur des tapisseries ou des tapis. Ses productions envahissent dès 1924 le bureau de Walter Gropius, directeur du Bauhaus.

tapis des années 20, tapis bauhaus, Gertrud Arndt, dessin préparatoire, 1927.
Gertrud Arndt, dessin préparatoire, 1927 ©stylepark.com

Nuances subtiles et séquences régulières rythment les créations géométriques de Gertrud Arndt. Ses dessins préparatoires emploient
l’aquarelle et le crayon sur papier et consistent en patchworks de carrés numérotés en fonction du coloris choisi. 

 Elle reçoit une reconnaissance internationale en 1979 lorsque ses photographies sont exposées au Musée Folkwang . En Janvier 2013, le Musée du design Bauhaus à Berlin a présenté une exposition de ses textiles et photographies.

Benita Koch-Otte ( 23 mai 1892, Stuttgart-1976,)

tapis des années 2O, tapis du bauhaus, Koch-Otte, 1923,
Koch-Otte, 1923,tapis pour chambre d’enfant, ©sleek-mag.com

Après avoir travaillé comme enseignante de sport et de dessin, Benita Koch-Hotte s’inscrit au Bauhaus en 1920, où elle développe rapidement son talent. Son tapis pour chambre d’enfant est sélectionné par Walter Gropius pour être exposé dans la collection d’art de Weimar. Elle crée aussi bien des tapis que des tapisseries murales.

tapis des années 20, tapis du bauhaus, Koch-Otte, tapisserie murale, 1922-24
Koch-Otte, tapisserie murale, 1922-24, ©sleek-mag.com

Après ses études au Bauhaus, elle devient directrice du département de tissage dans les ateliers de la ville de Halle. Ses dessins préparatoire emploient la gouache ou l’aquarelle et le crayon.

Pour d’autres créations du Bauhaus, voir ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *